...Exposition temporaire

Voir aussi



Présentation de l'exposition

W. Schönfeld et P. Hémery partagent l’acuité d’un regard porté sur le monde, le choix de la figuration pour la transcription sensible du réel. Leur manière d’appréhender la création a naturellement favorisé leur rencontre. Le musée présente en parallèle l’oeuvre graphique des deux artistes. Au-delà de la figuration, l’exposition Chemins de traverse révèle un regard attentif posé sur les paysages du quotidien.

Pascale voyage dans les grandes villes, New York, Londres, Naples, Marseille. Son univers est construit, le plus souvent inspiré par l’architecture. L’homme, invisible dans ces images, est cependant présent dans ses vues de villes. Sa présence est suggérée par la manière dont il habite l’espace et le modifie sans cesse. C’est par l’homme que la ville se propage, à la fois ordonnée et anarchique. La présence humaine est également le point de vue que porte l’artiste. P. Hémery affectionne les vues plongeantes, les constructions complexes dans lesquelles l’observateur se fraye un passage. L’artiste transfigure sa vision par une attention particulière portée à la lumière, pour la construction des formes.

Pour W. Schönfeld, la rencontre est au centre de ses recherches, la découverte d’un lieu, le ressenti d’une atmosphère au travers de la présence humaine. En effet, elle déclare faire des portraits doubles, celui d’une personne et de son environnement. Elle représente des personnes au travail, des proches dans leur intimité. Ses paysages sont en mouvement par les jeux de lumières, les ciels changeants, les reflets au fil de l’eau. Tentative de retenir l’instant. Chaque couleur prend sa place dans la composition, selon l’artiste "les couleurs jouent ensemble et il faut les orchestrer", exprimant ainsi la synthèse de moments vécus.

W. Schönfeld et P. Hémery pratiquent différents médiums mais ont en commun de revenir constamment à la gravure sur bois en couleurs. Cette technique peut sembler complexe, par exemple, elle nécessite de multiplier les planches, la superposition des couleurs construisant l’image. Cette pratique oblige à anticiper chaque étape et peut sembler anachronique à l’époque de la reproduction rapide des images. Cependant, ce sont les contraintes du bois gravé qui favorisent la production de l’image.

Pour ces artistes la première discipline est celle de la pratique du dessin, il est sous-jacent aux gravures. Puis le bois les entraine à interpréter le trait, à proposer une vision synthétique. Les contraintes du matériau, le sens de la fibre, les choix radicaux qu’implique la découpe des formes, participent à cet engagement. Les détails inutiles et effets décoratifs ne résistent pas aux coups de gouge. L’harmonie se construit au fur et à mesure des passages sous la presse, où chaque couleur et chaque forme prennent leur juste place.

Sans doute l’exercice de la gravure nourrit-il les autres pratiques de ces artistes. Ainsi P. Hémery dessine à la craie blanche sur papier noir, comme un graveur pense son image en posant d’abord les blancs. La même logique a dû favoriser le désir de revenir à la sculpture pour W. Schönfeld, retrouvant une manière de penser la forme par l’évidement. Le dessin en dehors du croquis préparatoire est présent tout au long de leur œuvre. Il permet de revenir sur le motif, de poursuivre le dialogue, parfois après la gravure, pour dire encore ce que la gravure ne peut interpréter.

L’exposition Chemins de traverse nous entraine hors des sentiers battus, sur les toits de New York, au bord d’une route de campagne, et nous révèle la beauté que nous avions entrevue.

Virginie Caudron


Catalogue d'exposition




Communiqué de presse :



Musée du dessin et de l'estampe originale
Boutique
Site de l'Arsenal - 59820 Gravelines
boutique.musee@ville-gravelines.fr
T : 03.28.51.81.00

Service des publics
museeservdespublics@ville-gravelines.fr
T : 03.28.51.81.04

Musée du dessin et de l'estampe originale
Site de l'Arsenal - BP 43 -59820 Gravelines
conservation.musee@ville-gravelines.fr
T : 03.28.24.99.70